Les 7 règles d’or d’un jeune padawan pour réussir son document

< >

Vous êtes un jeune padawan dans le graphisme ? Touche Graphique vous transmet les 7 règles d’or à connaître afin que votre document ne sombre pas dans le côté obscur de la Force. Une fois votre apprentissage terminé, tout loisir de les détourner pour créer vous aurez !

1 / La mesure : De mettre trop d’infos tu te retiendras !

Pas de démesure dans tout : trop d’infos tuent l’info. Si trop de moyens sont utilisés, l’œil se perdra et le lecteur sera perdu. C’est pourquoi il faut l’aider visuellement. La mise en page est donc très importante car elle va permettre de :
Susciter l’envie de lire et ainsi de garder le lecteur
Hiérarchiser les informations
Permettre la mémorisation des idées clés

2 / La structure : la grille et les marges tu utiliseras

Pour qu’une mise en page soit efficace, il faut qu’elle soit facile à lire. Il convient ainsi d’utiliser une « grille ». Certains logiciels comme InDesign permettent de les mettre en place facilement.

Pour vous l’expliquer simplement : imaginez votre page blanche.
– Mettez en place des marges tout autour pour placer le cadre.
– Divisez le reste du document en colonnes égales (ici 3) avec 10 mm de gouttière. C’est l’espace inter colonne.
Il ne vous reste alors plus qu’à jouer avec ces dernières. Par exemple : mettez une image sur la largeur d’1 colonne, puis 1 bloc de texte sur la largeur des 2 colonnes restantes. Puis mettez une image sur la largeur de 2 colonnes et 1 bloc texte sur la largeur de la dernière colonne. Et ainsi de suite. Les éléments seront harmonieux puisqu’ils seront homothétiquement respectés.
Lorsque vous maîtriserez les structures simples, vous pourrez  les éclater pour jouer avec : demi-colonne, exergue… Mais avant de courir il faut savoir marcher 😉

Envie d’en savoir plus sur InDesign ? Découvrez les tutos d’Adobe.

3 / L’alignement : Entre eux les éléments tu aligneras

Afin que l’œil puisse facilement lire le document, il faut aligner les éléments entre eux. Utilisez les alignements pour caler vos textes et images sur les lignes verticales et horizontales de votre grille. Et vérifiez toujours vos marges : vos textes et images ne doivent pas être collés sur les bords de page, mais être décalés vers l’intérieur (marge).

 4 / La typographie : trop de fantaisie à tout va tu t’interdiras

POINT SENSIBLE ! Point trop de fantaisie quand on ne maîtrise pas ! Deux typographies sont idéales : une pour le titre, une pour le texte courant. Après on joue avec la graisse de la police pour faire ressortir des éléments importants.
La police du titre peut être un peu spécifique et originale. La typographie du texte courant doit quant à elle restée basique pour ne pas fatiguer l’œil lors de la lecture. Si vous souhaitez introduire une police fantaisie, faites-le avec parcimonie : sur un mot ou une phrase. Pas sur tout un texte.
Ne multipliez pas les polices à tout va ou l’œil se perdra encore une fois et ne pourra pas hiérarchiser les informations.

5 / L’image : Proportionnellement l’image tu modifieras

Interdiction formelle de déformer l’image ! N’utilisez que 2 formats d’images, ainsi il vous sera plus facile de les aligner et de les organiser entre elles. « Que deux dimensions c’est ennuyeux » me direz-vous ? NON. Cela permettra à l’ensemble de votre document d’être bien équilibré. Bien sûr lorsque vous deviendrez un as en graphisme, tous les formats vous seront permis. 

6 / Le contraste : Des éléments importants ta priorité tu feras

Le but du contraste : faire ressortir les éléments importants de votre mise en page.

Ma petite astuce : plissez les yeux ! Si les éléments importants ressortent toujours tout est bon. Sinon, n’ayez pas peur de mettre encore plus de contraste.

Ainsi, le titre doit être plus lisible. Il faut lui apporter un élément en plus : soit une couleur, soit en capital, soit en plus grand… ATTENTION : ne surchargez pas les contrastes. Alors on évite de mettre un titre en gras + en couleur + en majuscule…

Légèreté et minimalisme sont les secrets d’une belle mise en page. Il faut que cela paraisse naturel au lecteur. Regardez Apple : qui croirait que derrière son minimalisme se cache des heures et des heures de graphisme. Le plus difficile : LA SIMPLICITE !

7 / Le blanc tournant : Aérer les éléments ton mantra deviendra

Dernière règle et pas des moindres : n’ayez pas peur du blanc ! Blanc tournant et espace vide sont deux choses très différentes. Le blanc tournant permet de laisser vivre vos éléments. Le document devient alors aéré, plus lisible et attire plus le regard. Un document qui « déborde » d’informations paraîtra agressif et brouillon. Donc on ne panique pas et on se retient d’en mettre partout.

Bonne création !

< >

Je partage :)

Aller à la barre d’outils